Groupe d’études et de recherche en analyse des décisions

G-2007-40

Investment in Tourism Market and Reputation

et

Les contributions récentes en économie du tourisme reconnaissent que le marché du tourisme est un marché de concurrence imparfaite qui doit être abordé du point de vue de l'économie industrielle. Cette approche semble pertinente pour éclairer une question centrale dans les préoccupations des régions touristiques : comment parvenir à un développement touristique durable? En effet, l'observation empirique montre que le développement d'une destination touristique suit habituellement un cycle de vie. À la suite d'une période de croissance, le développement d'un site touristique connaît généralement une phase de stagnation suivie éventuellement d'un déclin. Cette évolution s'explique au moins en partie par l'évolution de la réputation de la destination touristique au cours du temps. Le présent article étudie l'incitation d'un ensemble de sites touristiques localisés au sein d'une même région touristique à investir de manière à maintenir leur réputation collective.

Nous proposons un modèle dynamique dans lequel plusieurs sites touristiques adjacents choisissent leurs flux touristiques et investissent de façon à remédier aux effets néfastes que la présence touristique a sur l'environnement. La présence touristique globale et la somme des investissements réalisés définissent conjointement la qualité du produit offert par la région touristique. Nous supposons que les consommateurs ne peuvent observer la qualité de ce produit au momment de la décision d'achat. Cependant, dans ce contexte d'information imparfaite, nous supposons que les consommateurs forment à chaque instant du temps des anticipations au sujet de la qualité du produit touristique offert. Ces anticipations définissent la réputation de la région touristique, déterminent la position de la courbe de demande et constituent la variable d'état du jeu différentiel.

Nous caractérisons et comparons les stratégies d'équilibre selon que les sites touristiques choisissent leurs investissement de manière décentralisée ou qu'une agence touristique régionale coordonne leurs investissements.

, 24 pages