Groupe d’études et de recherche en analyse des décisions

Les décisions d’acceptation des nouveaux clients par les cabinets d’experts comptables : Une théorie basée sur les jeux de signaux

Mohamed Drira

La décision d’acceptation des nouveaux clients par les cabinets d’experts comptables (DAC) est une des plus importantes décisions en audit puisqu’elle inaugure tout nouvel engagement entre l’auditeur et son client. Cette importance ne cesse d’augmenter surtout dans le cadre du marché d’audit actuel caractérisé par une globalisation croissante, une réglementation de plus en plus stricte et une augmentation sans précédent des risques de litiges. En réponse à cet intérêt croissant pour les DAC, tant de la part des praticiens que des académiciens, et au manque de l’utilisation explicite de cadres théoriques dans les recherches antérieures, nous développons dans cette étude un modèle mathématique des DAC en se basant sur la théorie des jeux, et plus précisément les jeux de signaux. Dans notre modèle, un client fait face à un auditeur, le premier demandant au second d’auditer ses états financiers. L’auditeur peut accepter ou rejeter la demande du client selon sa propre estimation de la rentabilité espérée du mandat d’audit. Le client peut être de deux types : bon ou mauvais. Un bon client aurait un profil peu risqué ce qui augmente la profitabilité de l’engagement pour l’auditeur. Un mauvais client aurait un profil très risqué, auquel cas, l’engagement serait non rentable pour l’auditeur. Le vérificateur ne connaît pas le véritable type du client, il possède tout de même des croyances a priori sur son type. Il peut réviser ces croyances en procédant, à ses propres coûts, à une évaluation plus poussée du profil de risque du client potentiel. Nos analyses d’équilibre montrent qu’un client potentiel fournirait peu d’information volontaire sur ses activités et son profil de risque à un auditeur peu sceptique, qui serait prêt à l’accepter. En revanche, un auditeur sceptique qui serait disposé à décliner la demande du client, recevrait de sa part de l’information additionnelle volontaire. De plus, un bon client peut signaler son type à l’auditeur en lui fournissant de l’information qu’un mauvais type ne pourrait imiter. Finalement, les analyses de statiques comparatives montrent que plus le système légal est strict, plus l’auditeur est sceptique et moins l’option de collecter de l’information additionnelle pour une meilleure évaluation du profil de risque du client potentiel est attrayante pour lui.

Mots clés: Audit, Décision d’acceptation des nouveaux clients, Théorie des jeux, Jeux de signaux